Rendue populaire dans les années 80 grâce au groupe Kassav’, le zouk est un genre musical originaire des petites Antilles françaises.

Qu’est-ce que le zouk ?

Musique très rythmée née dans les années 80, le Zouk, mot créole issu du verbe « secouer », est né en Guadeloupe et en Martinique. S’inspirant à la fois de la Cadence-Lypso et de la Kadans (deux genres musicaux originaires de la Dominique), le Zouk mêle à la fois, tambour, basse, gwo ka, clavier, biguine vidé, cuivre et i bwa.
Au fil des années, le zouk s’est décliné en de nombreux styles, à l’instar du zouk love, du zouk cadence ou du zouk béton mais s’est toujours distingué par l’utilisation du créole guadeloupéen et martiniquais. Quel que soit le style dans lequel il se décline, le zouk est une danse vivante, très rythmée et dansante. Le zouk connaîtra ses années de gloire entre 1980 et 2000, avant de subir une perte de vitesse. A partir des années 2000, le zouk s’adapte et adopte de nouvelles sonorités proches du RNB.

Les origines du zouk

Bien que le zouk soit un genre musical encore récent, ses origines datent un peu plus, car dans les années 60, le terme zouk désignait une sorte de salle de fête peu conventionnelle, une soirée dansante sulfureuse organisée chez des particuliers.
Bien que le zouk soi devenu populaire grâce au groupe Kassav’, notamment avec l’un de leurs tubes incontournables « Zouk la sé sèl médikaman nou ni », les premiers à avoir introduit le terme zouk sont des groupes haïtiens, notamment Magnum Band et Skah Sha.
De nombreux artistes, en dehors du groupe Kassav’, ont permis la popularisation du zouk dans le monde entier, notamment le groupe Zouk Machine qui est également resté une référence dans le monde de la musique antillaise.
De nombreux artistes tels qu’Harry Diboula, Taxi Kreol et Patrick Saint-Eloi domineront la scène zouk dans les années 80-90.

Aujourd’hui Nesly, Fanny J, Lorenz, Kim ou encore Axel Tony, pour ne citer qu’eux, font partie de la nouvelle génération des artistes de zouk.

Clips de Zouk