Très prisée des jeunes, le dancehall qui tire ses origines du RNB, du reggae, du dub et du rocksteady, a vu le jour à la fin des années 70 en Jamaïque.

Découvrir le dancehall

Initialement, Dancehall siginifie littéralement « Salle de danse ». Le dancehall qui est l’une des variantes du reggae, se décline en dancehall moderne (apparue dans les années 80) avec une instrumentation plus électronique et en early dancehall, avec des morceaux plus roots. Si la première variante se distingue par l’utilisation d’instruments électroniques tels que le synthétiseur, la boîte à rythmes et l’échantillonneur, la deuxième variante est plus rétro et se distingue par l’utilisation de la guitare, de la basse et de la batterie. On associe généralement le dancehall au old shcool jung, au reggae fusion et au bang ragga. Même s’il n’est pas toujours possible de définir avec précision le style musical du dancehall, ce genre musical peut, en fonction des producteurs et chanteurs, adopter un son plus original (roots) ou numérique.

Les origines du dancehall

Dans le monde du reggae, le dancehall est l’équivalent du hip hop par rapport au rap. A l’origine les DJs le jouaient en le composant de morceaux choisis, de sons reggae rétro dans de grandes salles de fête où se retrouvaient les amateurs de reggae et autres styles musicaux apparentés. C’est l’introduction des sons numériques entre 1984 et 1985 qui révolutionnent ce style musical et permet de le distinguer du reggae. Au niveau de l’Hexagone et des Antilles, ce sont des stars tels que Tonton David, l’un des pionniers du dancehall francophone, Neg’ Marrons et Raggasonic qui popularisent le dancehall. Aujourd’hui, quelques uns des défenseurs du dancehall francophone aux Antilles (Guadeloupe et Martinique) sont Admiral T, Krys, Kalash, Lord Kossity, Lady Sweety et Paille… pour ne citer que ceux là.

Clips de Dancehall