Princess’ Lover

(1563)

Princess’ Lover, de son vrai nom Nicole NERET, est une chanteuse de zouk, qui associe avec aisance ses autres influences musicales comme le reggae, variété française et internationale, la soul et même le R&B, à ses interprétations et à sa couleur musicale.

Cette ravissante Martiniquaise, née le 3 septembre 1978 est donc un auteur-compositeur interprète hors paire qui se prête même au jeu de la production certaines fois, à condition de nous faire voyager de ses écrits, de ses mélodies, de ses émotions et de ses larges performances vocales enchanteresses.
Dernière d’une famille de 6 enfants, elle s’accroche au symbole de la famille et ne se lasse de fonctionner régulièrement avec les siens. Débutant sa carrière très jeune, sa mère, qui se devait d’être présente pour elle, de part son jeune âge, a dû aussi avoir un rôle de manager. Cet esprit de famille était également souligné par la présence de sa sœur Nathy, Styliste, qui se fait toujours un plaisir de lui confectionner des tenues dignes d’une princesse, ainsi que par celle de ses 2 frères, le premier Didier-Yves, maquettiste-dessinateur-sculpteur très talentueux, qui malgré sa maladie génétique : la myopathie était et est toujours même après son décès en 2003, son mentor des influences musicales et artistiques tout court ; et le second Moïse, plus connu sous le nom de Master MX, était son partenaire en studio et sur scène sur des rythme reggae-dancehall. Aujourd’hui Master MX reste son acolyte des scènes et des studio, composant régulièrement des titres avec elle pour elle et pour d’autres artistes.

Elle commence à chanter très tôt, ne prenant même pas conscience qu’elle façonnait déjà ce qui serait sa direction professionnelle. A l’âge de trois ans, elle enregistrait déjà de jingles pour une grande radio de son île pour des émissions reggae. Adolescente, elle se destine au métier d’arts plastiques, fortement influencée par les de son frère ainé. Cependant, elle reste passionnée de musique, et sa voix lui permet, malgré sa dizaine d’années de faire du live dans un groupe formé par Olivier Jean- Alphonse, Joël Zorobabel, tous à peine majeurs et à 13 ans, d’intégrer avec son frère Master MX un groupe de dancehall militant FMP : Fatale MC Posse, auprès de Pleen Pyroman, Matinda, Baby G ….
Dans ce fameux groupe chargé de graines de stars où les textes étaient assez militants, elle était celle qui ne chantait que des textes d’espoir et d’amour. Elle se fait appeler « Princess’ Lover » et ne savait pas encore qu’avec le temps ce nom d’artiste deviendrait une seconde nature.

Sa voix d’ange porte plus loin que dans les Sound system. Son talent rapidement repéré, on lui propose de participer à des compilations, des concerts de dancehall comme de zouk. En 1992, elle chante avec son Master MX la chanson « Inmin » Poker prod / Déclic , sur la compilation RAGGA SUN HIT 1 est leur première chanson, un succès phénoménal qui fonctionne en parallèle avec un titre zouk “Mizik Lanmou” backline prod, en duo avec Christian Présent sur la compilation BACKLINE. Princess lover se retrouve à évoluer dans le dancehall en même temps que dans le zouk en étant en tête des classements avec les deux titres. Des premières parties de concerts de Patra, Tonton David, Youssou N’Dour… Sa voix ne laisse personne indifférent ! Elle enchaine l’enregistrement du titre “Jodi” Poker prod / Déclic, toujours avec son Master MX sur la compilation RAGGA SUN HIT 2, qui confirme un peu plus sa place dans le milieu musical des Antilles.
Cependant l’amour de la musique se grandit et la jeune Nicole aussi et après des standing Ovations dans différentes salles de spectacles dont une remise des prix de la SACEM fait d’un public quasi de professionnels, la princesse de l’amour prend gout aux pianos chants qui nous laissaient savourer sa voix sucrée, sa sensibilité, ses prouesses multiples et toutes ses possibilités futures de devenir une grande de la musique des Antilles. Eh oui, les confirmés de la profession la comblait déjà d’éloges en évoquant même qu’une future diva se cachait derrière ce petit bout de femme. On croit en elle, et on la laisse savourer les scène de d’autres places pour elle et pour son ile en participant même a des festival comme le Printemps de Bourges.

Princess’ Lover toujours très jeune ne peut pas couper court aux études, ainsi en 1997, elle intègre l’école de Variété d’ Alice Dona et a accès à l’interprétation, a l’écriture , à la technique vocale….ce qui n’est pas déplaisant pour son public qui ressent et vit avec elle son immense évolution sur ses différentes scènes. En plus du dancehall et du zouk, le R&B envahit le cœur de notre princesse de l’amour et deux ans plus tard elle rencontre Fabrice Nataf (encore Directeur Général de BMG-RCA à l’époque) qui lui propose un contrat de production, dans son propre Label Freedonia Entertainment, après une interprétation a cappella de la chanson de « Pocahontas » en guise de casting. Elle savoure les harmonies du rythmes and blues et fais 3 singles sous les nom de Nicole « Ce que j’éprouve », «Tu me traites meilleur » et « La nuit tombe de sommeil » Freedonia. Elle enchaine les prestations , des premiers parties comme celle de Patricia Kass au Zenith de Paris, prête sa voix pour de grandes boites de pub et pour des projet d’artistes R&B comme Melgroove… ,de reggea dancehall comme Lord Kossity, Apach…, de hiphop comme Mafia Trece, Mc Solaar…..; pour des bandes originales de films « Comme un aimant » No Selout/Delabel. Malheureusement, à cette période, la métropole n’était pas encore prête pour du R&B malgré l’entière adoption du Rap. C’est finalement après une expérience zouk pour le secteur A, en duo avec le groupe Malone « Mélodie a Lanmou » que Princess’ se rend compte que sont empreinte zouk etait appréciée et surtout réclamée. Elle décide de faire deux titres zouk « Je sais » Rubicolor prod, en duo avec Perle Lama sur la compilation « Zouk me Love » et « Dans la vie » Pastel Prod en solo, sur la compilation « Boss Killa vol1 » sortis tous deux en 2002 directement placés aux premières places de tous les classements.

En 2003, Princess Lover entame sa carrière solo avec l’album intitulé JUSTE MOI Part1 chez PL records /Section Zouk, l’album envahit aussitôt le monde de la musique afro-antillaise avec ses rythmes diversifiés, sa voix envoûtante, ses mélodies transperçantes et les nombreuses participations comme celles de Sonia Dersion, Jocelyne Labylle, Ali Angel, Frédéric Wurtz, et son frère Master MX l’album certifié album de l’année et s’est vendu à plus de 70.000 exemplaires.
“Mon soleil” premier titre à promouvoir cet album, et est un succès phénoménal presque mondial, récompensé par un Trophée des arts afro-caribéens qui lui a décerné meilleure interprète féminin de l’année 2006. Cette chanson est définitivement un classique de la musique Antillaise.

La Princesse ne s’arrête pas la, en incluant dans son album toutes les influences musicales qui la bercent, elle a conquis le cœur d’un public d’une diversité déconcertante, tant le R&B, le Dance Hall, le Reggae, le dombolo, la variété française et internationales sont exercés avec le respect de l’art et l’excellence folle d’une artiste caméléon qui s’approprie ce tout pour ne faire qu’un.
Elle enchaine les hits, tant chaque plage de son album n’est a négliger. C’est un carton monumental ! La quasi totalité de cet album est adoptée par un public de générations, de communautés et d’horizons divers lui offrant définitivement le statut de Princesse du Zouk et d’ Ambassadrice des Antilles dans le monde!
Racontant constamment des expériences marquantes de la vie vécues par elle ou non, Princess’ lover devient la messagère des femmes. En imposant son caractère, assez charismatique de surcroit, elle fut souvent critiquée car sa franchise déplaisait à certains et l’emmenait des fois au scandale. La sincérité et la transparence de cette jeune martiniquaise de caractère, affirmée, qui assume ses peines et ses joies , aussi que ses bien faits et ses impairs qu’elle devient un personnage, tant le scandale qui devait sans doute la faire taire lui offre l’entière compassion d’un public largement victime lui aussi de méchanceté gratuite et de « non dit » étouffants. Elle donne envie d’être fière de soi de se battre pour être et expose son cœur au gens. Princess’ lover et la voix, l’image, la beauté, bonté, bref le cœur incontesté des Antilles. Princess’ Lover remplit les salles de spectacle constamment tant les gens ne se lasse de ses performances scéniques.

En 2007 « Tous mes rêves » son second album est le fruit de cette vie dévouée à la musique, l’immense expérience de Princess’ Lover qui s’affirme en tant que femme se retrouve sur les seize pistes. Comme une déesse elle associe la technique vocale à sa voix doucement sucrée et pourtant si puissante. C’est un enchantement, elle mêle une interprétation pleine de sincérité à une écriture simple, mais nullement simpliste et d’une énorme efficacité. La princesse de l’amour conte ses histoires si réelles et si prenantes avec une aisance et une immensité vocale des plus admirable à nous faire voyager sur l’excellence de ses mélodies enchanteresses.

Elle réitère sa formule gagnante : l’éclectisme et s’autorise d’associer au Zouk à ses influences, reggae, compas et même de musique africaine avec des collaborations avec des artistes comme Master MX, KRYS, Philippe Monteiro, Mokobe du 113, Fally Ipupa , Carimi et bien d’autres…..
Sur tous les territoires où elle passe, elle ne laisse jamais indifférent et laisse des traces indélébiles sur son passage laissant aux 4 coins du monde un public forcément conquis tant épaté par ces prouesses. De l’Afrique aux Antilles Françaises en passant par les anglaises. Du sud au nord de l’Amérique en faisant escale en Guyane en traversant la mer de caribes pour se poser en Haïti ou finalement prendre l’avion et traverser des océan arrivée à la Nouvelle Calédonie c’est la même . tout le mon serait prêt à lui décerner son statut de Reine mais l’humilité de notre princesse de l’amour ne la fait que la laisser sans voix laissant ses larmes exprimer pour elle sa reconnaissance et sa gratitude.
Exemple : Au Congo, Princess Lover a incontestablement été l’une des plus grandes attractions du 5e Festival de musique panafricain. Elle a créé l’émeute et a enflammé, deux soirs le stade Félix Eboué à Brazzaville et a pu prendre conscience de toute sa notoriété. Surprise de voir que le public maîtrisait parfaitement tout son répertoire, elle a créé l’événement dans l’événement. En véritable pyromane artistique, a déchaîné les passions à chacun de ses passages au Fespam.

Elle chante l’amour dans tous ses états et n’a pas peur de passer du rire aux larmes en exposant les joies et les douleurs de la vie de sa plume d’or et de ses interprétations des plus poignantes.La jolie martiniquaise s’impose donc par son talent naturel d’auteur, compositeur interprète. Depuis toujours elle représente avec passion et dignement l’image de son île.
Princess Lover à tout pour plaire, belle, talentueuse, généreuse et unique. Elle est ambassadrice d’une association contre la drépanocytose et semble ne pas vouloir s’arrêter pas là. Nous la savons en pleine préparation de son 3ème opus attendu comme un rayon de soleil en pleine averse. Nous sommes tous impatients de découvrir sur des titres inédits cette voix sucrée accompagnée d’une mélodie enivrante sur des rythmes chaloupés qui font irrémédiablement chavirer.
Aujourd’hui, tout le monde connaît ses tubes, Mon Soleil, Les bons êtres, Jalousie sont encore un succès, elle vend des milliers d’exemplaires de ses albums, la machine ne s’arrête plus ! Plus de 130 000 Soleils sur Facebook car c’est ainsi qu’elle appelle ses fans « Mes Soleils ».

En cours